Articles-Conseils

Stress et effets métaboliques sur le diaphragme

fille de détente

Lorsque nous respirons, lors de l’inspiration, notre diaphragme s’abaisse, se contracte et s'aplatit, et il se relâche et revient à sa position initiale lors de l’expiration. La respiration se fait avec l’ensemble de notre corps, de nombreux muscles entrent en action de haut en bas. Souple et détendu, le diaphragme permet une respiration fluide et profonde et une parfaite oxygénation de l’ensemble des organes du corps.

Si on se pose bien droit, dans son axe vertical, en effectuant une respiration abdominale profonde, le diaphragme peut prendre toute l’amplitude dont il a besoin. Il est important de bien prendre conscience de sa posture lors des phases de respiration pour améliorer l’efficacité de sa respiration.

Le mouvement respiratoire est optimal quand tout le corps est bien droit, bien stable et profondément ancré sur les 2 pieds. La colonne vertébrale doit être bien dans son axe vertical, le bassin à l’équilibre et les 2 pieds posés au sol.

D’autant plus dans les moments d’effort physiques intenses, de stress et/ou d’anxiété, ou encore de fortes émotions. Le mieux étant de s’habituer à mieux respirer pour justement permettre au corps de le faire naturellement lors de ces phases.

Que se passe-t-il lors de pic d’émotions fortes ou de stress ?

Les émotions fortes, l'anxiété et le stress quotidien peuvent contracter le diaphragme, ce qui provoque une respiration thoracique, plus courte et plus rapide. Le diaphragme ne peut plus se déployer et se remettre en place correctement, ce qui réduit encore plus l'amplitude respiratoire.

On dit émotions fortes, mais souvent elles sont apparentées à des émotions négatives, ce qui n’est pas vraiment le terme exact, c’est plutôt que nous avons un ressenti négatif face à certaines émotions, donc nous bloquons certains processus pour éviter de s’y confronter.

L’émotion forte, arrive et souvent nous ne traitons pas l’information, c’est-à-dire que nous n’allons pas visiter où elle se pose dans le corps. Qu’est-ce que je ressens là tout de suite ? Dans un premier temps, souvent la respiration change, le souffle se fait plus court, les mâchoires se bloquent, le diaphragme se contracte. Cela a toujours un impact sur le thorax et le ventre.

Au niveau du thorax, cela peut ralentir le rythme cardiaque ou à l’inverse provoquer des palpitations ; générer une mauvaise oxygénation des organes ainsi qu’une mauvaise circulation lymphatique, le système nerveux sympathique se met en action et impacte le bon fonctionnement du nerf vague (qui participe à la régulation de presque tous les organes internes), la compression thoracique peut aussi déclencher une réaction au niveau des nerfs phréniques, chargés d'innerver les muscles respiratoires, ce qui peut amener des contractions involontaires du diaphragme, avec une sensation de compression de la cage thoracique et une diminution de la capacité respiratoire.

Si le diaphragme reste toujours en position basse, il exerce une pression continue sur les organes de la digestion, notamment l'estomac, mais aussi sur le foie. Cela peut aussi se manifester par un dérèglement du transit intestinal (digestion difficile, constipation, ballonnements, diarrhée), des douleurs dorsales, lombaires… ce qui amène des tensions dans tout le corps.

Le diaphragme est un muscle qui garde le souvenir de cet état de tension et même lorsque le stress est passé, les contractions continuent de façon anarchique. Cela impacte fortement le fonctionnement du système nerveux autonome, le sympathique prend le relais automatiquement sur le parasympathique ; le relâchement et la régénération ne se font plus de manière optimale.

La posture est aussi très importante. Lors de pic de stress et d’anxiété , on peut se vouter, rentrer les épaules, se mettre dans une posture de défense et se faire tout petit, le thorax se rétrécie et cela limite l’amplitude respiratoire.

 

Comment y remédier ?

Adopter une bonne posture, se redresser, se tenir droit, ouvrir les épaules, relâcher les muscles de l’abdomen et respirer en conscience. Sourire aide aussi à ressentir une profonde détente. Le mieux étant de faire de profondes respirations abdominales. Tout ceci contribue à une meilleure oxygénation, une meilleure détox des déchets accumulés dans le corps et, par ricochet, une meilleure santé.

Écouter ses émotions lorsqu’elles délivrent un message au corps. Être aussi attentif à toutes les émotions positives et les mettre à l’honneur. Se nourrir de joie, de gratitude, observer la beauté des choses qui nous entourent, s’ouvrir à l’amour de Soi et des autres…

Toutes ces émotions nous aident à ouvrir notre cœur, notre cage thoracique et détendent le diaphragme, libèrent les tensions musculaires du corps. On peut donc se consacrer à une respiration plus ample et plus profonde et ainsi oxygéner ses organes grâce à une meilleure circulation sanguine.

Vous pouvez si vous le souhaitez faire de la cohérence cardiaque chaque jour pour relancer le rythme d’une bonne respiration. Pour en savoir plus, lire l’article ici.

Vous avez aussi à disposition une super application, Respirelax+, disponible sur téléphone qui vous aidera à pratiquer n’importe où et à n’importe quelle heure.

 

Bonne respiration !

Pour en savoir plus et venir tester une séance de réflexologie pour apprendre à gérer votre respiration, je reste à votre disposition...

Latifa RENOU, Réflexologue et Aromathérapeute Énergétique

Tel : 0619224335 – Roche la Molière (42)

 

 

​Date : 01/06/2022